conclusion débat sur utilité des OT

Nous achevons le tour de table organisé au sein de notre réseau de propriétaires suite à l’article de Thierry « Les Offices de Tourisme sont-ils encore utiles ? » et quoi de plus logique que d’achever cette discussion avec une synthèse proposée par notre ami Thierry.

Merci à tous pour vos commentaires cordiaux et vos partages sur les réseaux.



Thierry vous propose sa synthèse :

Quel beau débat !

Cet été l’idée de lancer ce débat sur l’utilité des Offices de Tourisme comme canal de promotion pour les hébergeurs a germé suite à des échanges entre CoGîteurs sur notre forum.

La parution de l’article mi-septembre a suscité beaucoup d’échanges et un sacré buzz via les réseaux sociaux.

L’équipe des CoGîteurs a publié depuis 3 interventions complémentaires sur le sujet  émanant de la fédération nationale des OT, des blogueurs Etourisme et du Groupement d’hébergeurs de la Provence Verte.

Loin de moi l’idée d’apporter une conclusion définitive au sujet mais plutôt l’envie de revenir sur quelques points importants.

La disparité de fonctionnement des OT

La FNOTSI évoque la dynamique en marche avec des exemples significatifs ce que personne ne contestera.
Tout le monde est d’accord pour dire que les grosses structures d’OT sont plus dynamiques et sont dans le coup.

Comment les petites structures arriveront elles à suivre ce mouvement ?

Par le regroupement et la mutualisation des moyens, nous sommes d’accord. Seulement lorsque l’on marie 2 mendiants ils n’en deviennent pas plus riches…

Du chemin reste à faire à ce sujet comme indiqué dans la conclusion : « du travail reste encore à faire pour résorber les disparités entre les territoires, le degré d’implication des élus dans le devenir touristique de leur territoire diffère, tout comme celui des
professionnels du tourisme »

La gouvernance de ces structures

Je ne stigmatise pas l’interventionnisme politique (quoi que ) mais je le constate au niveau de la gestion des structures du tourisme institutionnel comme le soulignent aussi les blogueurs dans leur article.
Alors un peu plus d’écoute des professionnels mais aussi des consultants. Si on investit dans un audit ou une étude il faut savoir entendre les conclusions même si elles ne plaisent pas et même s’il va falloir coopérer avec le voisin qui n’a pas la même étiquette que vous. Savoir passer au-dessus de la mêlée comme on dit dans le sud-ouest.

Oui les professionnels du tourisme sont présents dans les structures mais sont-ils force de propositions, sont ils souvent ou assez entendus ?

Beaucoup essaient de participer, de proposer des idées et faute d’écoute en ont marre et montent un groupement à part comme l’explique l’article de la « Provence verte ».
Je comprends le ras le bol, mais ne serait ce pas un doublon de plus dans les structures ? Je serais plus pour une commission d’hébergeurs qui fassent des propositions au sein des structures OT mais faute de coopération il semble logique de prendre sa destinée en main. C’est aussi un point à débattre.

La représentativité des hébergeurs

Aujourd’hui nous constatons que certains types d’hébergeurs sont bien représentés par des syndicats professionnels (Hôteliers, Campings, Activités sportives et loisirs).

Pour les gîtes, chambres d’hôtes ou hébergements insolites quid ?

Aucune structure ne porte notre voix, nous sommes certes individualistes par essence comme tout commerçant, pourtant nous avons des choses à dire et des causes à soutenir.
N’étant pas pour la grande majorité inscrits au Registre du Commerce, nous ne pouvons passer par le canal des CCI.

Les labels privés prêchent pour leur paroisse, et beaucoup d’hébergeurs n’adhèrent plus à ce système.

La seule possibilité est d’intégrer les structures officielles des OT : Comité Directeur, Bureau pour porter le message mais au cas par cas.

N’y aurait il pas là un grand projet de création d’une représentativité, fédération des hébergeurs ?

Sous quelle forme, avec quels objectifs, voilà un beau sujet de travail !

Le temps de l’action est trop long

Le temps de l’action publique est long, trop long ? Souvent en décalage avec le temps économique de nos structures qui ont des objectifs de résultat à court terme.
Toute entreprise vit à 12 mois sur son exercice fiscal, comptable. Certes nous bâtissons des projets à moyen et long terme mais les résultats économiques de nos actions doivent être réalisés chaque mois pour honorer nos impôts, taxes, prêts, charges, la vie quoi.

Alors de grâce dépêchez-vous de regrouper vos structures et de lancer vos actions car à ce rythme de « sénateur » soit on sera mort économiquement, soit certains auront trouvé des solutions pour se passer définitivement des structures institutionnelles du tourisme. Il n’y a qu’à regarder la vitesse à laquelle de nombreuses plateformes web sont en train de révolutionner le e-tourisme.

La saison 2014 se termine et les professionnels préparent leur plan d’action 2015.

Alors que les appels de cotisation des OT arrivent chez les hébergeurs, allez-vous renouveler votre adhésion et allez vous être candidat pour porter la voix de votre structure ?

Avatar

A Propos Thierry

Propriétaire de « gites en Lozère », Thierry Favier vous fait partager ses humeurs et ses tendances e-touristiques. Il a débuté cette activité d'hébergement avec son épouse en 2003 et a plongé directement dans le web dès le début de cette aventure touristico-immobilière-caussenarde. Hyperconnecté vous dirait Isabelle, il est en état de veille permanent !

Site Internet
Voir tous ses Articles