Synthèse du débat sur l’utilité des OT par Thierry

conclusion débat sur utilité des OT

Nous achevons le tour de table organisé au sein de notre réseau de propriétaires suite à l’article de Thierry « Les Offices de Tourisme sont-ils encore utiles ? » et quoi de plus logique que d’achever cette discussion avec une synthèse proposée par notre ami Thierry.

Merci à tous pour vos commentaires cordiaux et vos partages sur les réseaux.



Thierry vous propose sa synthèse :

Quel beau débat !

Cet été l’idée de lancer ce débat sur l’utilité des Offices de Tourisme comme canal de promotion pour les hébergeurs a germé suite à des échanges entre CoGîteurs sur notre forum.

La parution de l’article mi-septembre a suscité beaucoup d’échanges et un sacré buzz via les réseaux sociaux.

L’équipe des CoGîteurs a publié depuis 3 interventions complémentaires sur le sujet  émanant de la fédération nationale des OT, des blogueurs Etourisme et du Groupement d’hébergeurs de la Provence Verte.

Loin de moi l’idée d’apporter une conclusion définitive au sujet mais plutôt l’envie de revenir sur quelques points importants.

La disparité de fonctionnement des OT

La FNOTSI évoque la dynamique en marche avec des exemples significatifs ce que personne ne contestera.
Tout le monde est d’accord pour dire que les grosses structures d’OT sont plus dynamiques et sont dans le coup.

Comment les petites structures arriveront elles à suivre ce mouvement ?

Par le regroupement et la mutualisation des moyens, nous sommes d’accord. Seulement lorsque l’on marie 2 mendiants ils n’en deviennent pas plus riches…

Du chemin reste à faire à ce sujet comme indiqué dans la conclusion : « du travail reste encore à faire pour résorber les disparités entre les territoires, le degré d’implication des élus dans le devenir touristique de leur territoire diffère, tout comme celui des
professionnels du tourisme »

La gouvernance de ces structures

Je ne stigmatise pas l’interventionnisme politique (quoi que ) mais je le constate au niveau de la gestion des structures du tourisme institutionnel comme le soulignent aussi les blogueurs dans leur article.
Alors un peu plus d’écoute des professionnels mais aussi des consultants. Si on investit dans un audit ou une étude il faut savoir entendre les conclusions même si elles ne plaisent pas et même s’il va falloir coopérer avec le voisin qui n’a pas la même étiquette que vous. Savoir passer au-dessus de la mêlée comme on dit dans le sud-ouest.

Oui les professionnels du tourisme sont présents dans les structures mais sont-ils force de propositions, sont ils souvent ou assez entendus ?

Beaucoup essaient de participer, de proposer des idées et faute d’écoute en ont marre et montent un groupement à part comme l’explique l’article de la « Provence verte ».
Je comprends le ras le bol, mais ne serait ce pas un doublon de plus dans les structures ? Je serais plus pour une commission d’hébergeurs qui fassent des propositions au sein des structures OT mais faute de coopération il semble logique de prendre sa destinée en main. C’est aussi un point à débattre.

La représentativité des hébergeurs

Aujourd’hui nous constatons que certains types d’hébergeurs sont bien représentés par des syndicats professionnels (Hôteliers, Campings, Activités sportives et loisirs).

Pour les gîtes, chambres d’hôtes ou hébergements insolites quid ?

Aucune structure ne porte notre voix, nous sommes certes individualistes par essence comme tout commerçant, pourtant nous avons des choses à dire et des causes à soutenir.
N’étant pas pour la grande majorité inscrits au Registre du Commerce, nous ne pouvons passer par le canal des CCI.

Les labels privés prêchent pour leur paroisse, et beaucoup d’hébergeurs n’adhèrent plus à ce système.

La seule possibilité est d’intégrer les structures officielles des OT : Comité Directeur, Bureau pour porter le message mais au cas par cas.

N’y aurait il pas là un grand projet de création d’une représentativité, fédération des hébergeurs ?

Sous quelle forme, avec quels objectifs, voilà un beau sujet de travail !

Le temps de l’action est trop long

Le temps de l’action publique est long, trop long ? Souvent en décalage avec le temps économique de nos structures qui ont des objectifs de résultat à court terme.
Toute entreprise vit à 12 mois sur son exercice fiscal, comptable. Certes nous bâtissons des projets à moyen et long terme mais les résultats économiques de nos actions doivent être réalisés chaque mois pour honorer nos impôts, taxes, prêts, charges, la vie quoi.

Alors de grâce dépêchez-vous de regrouper vos structures et de lancer vos actions car à ce rythme de « sénateur » soit on sera mort économiquement, soit certains auront trouvé des solutions pour se passer définitivement des structures institutionnelles du tourisme. Il n’y a qu’à regarder la vitesse à laquelle de nombreuses plateformes web sont en train de révolutionner le e-tourisme.

La saison 2014 se termine et les professionnels préparent leur plan d’action 2015.

Alors que les appels de cotisation des OT arrivent chez les hébergeurs, allez-vous renouveler votre adhésion et allez vous être candidat pour porter la voix de votre structure ?

A Propos Thierry

Propriétaire de « gites en Lozère », Thierry Favier vous fait partager ses humeurs et ses tendances e-touristiques. Il a débuté cette activité d'hébergement avec son épouse en 2003 et a plongé directement dans le web dès le début de cette aventure touristico-immobilière-caussenarde. Hyperconnecté vous dirait Isabelle, il est en état de veille permanent !

Site Internet
Voir tous ses Articles
2015-09-20T19:23:40+00:00novembre 1st, 2014|Analyses|6 Commentaires

6 Comments

  1. Mahé Elizabeth 3 novembre 2014 à 8 h 54 min - Répondre

    Bonjour,
    j’ai l’habitude de partir en vacances avec mes ânes attelés et durant une dizaine de jours je randonne. Les grands OT sont mon cauchemar. Soit ils ne répondent pas car nous ne rentrons pas dans les cases (j’attends toujours les renseignements demandés en juin au portail du Cotentin pour mes vacances de septembre!), Soit, faute d’avoir travaillé avec des professionnels en amont, les offres sont inadaptées; en Vendée il y a une très belle boucle équestre de 200 kms sauf qu’à quelques endroits les hébergements sont tous les 70 kms.

    Mes meilleurs alliés sont les petits OT ou les mairies des petites communes qui se décarcassent pour trouver des solutions. Une mention spéciale aux monts d’Arrée qui ont fait une boucle et des hébergements cohérents.

    Le danger d’avoir de trop grands OT regroupant tout le monde c’est que les petites communes ne soient plus visibles, noyées dans la masse.
    Cordialement.

  2. LAGOUGE Françoise 3 novembre 2014 à 11 h 25 min - Répondre

    Bonjour à tous,

    ayant suivi le débat sur les OT, mais par faute de temps sans intervenir, je viens enfin mettre mon grain de sel dans les rouages des racketteurs (OT).
    En ce qui concerne l’office du tourisme de la vallée de la Dordogne dont nous dépendons, il nous réclame notre adhésion pour 2015 depuis le 09 septembre à renvoyer avant le 22 septembre, alors qu’ici la saison se termine à la Toussaint pour reprendre à Pâques !

    Très cher et pas rentable, nous ne renouvelons pas cette année notre adhésion, d’autant que plusieurs de nos hôtes nous ont rapporté le fait que pour une demande de chambres d’hôtes sur la région de Rocamadour, on leur propose systématiquement un hôtel et une circulaire avec les hôtels seuls.
    Nous sommes black listés !
    Il faut dire que le président de l’OT est hôtelier !
    Les réunions intéressantes pour préparer la future saison sont en mai, juin, juillet, cherchez l’erreur !
    Que font-ils en novembre, décembre, janvier, février et mars ?

    Lorsque nous avons cessé d’être “partenaires” pour devenir “clients” de l’OT, nous avions évoqué le fait de se regrouper,
    mais sous quelle forme, qui prend les responsabilités, etc … !?!
    A l’époque nous avions fait des réunions et étions monté au créneau devant les tarifs prohibitifs, sous forme de packs absurdes
    et avions menacé de boycotter l’OT !
    Nous avons obtenu gain de cause !

    Nous avons rendez-vous avec une autre chambre d’hôtes pour établir un guide des chambres d’hôtes lotoises.
    Je vous tiens au courant de l’évolution de ce partenariat, qui sera peut-être et je l’espère, un 1er pas vers une solution pour se passer définitivement des structures institutionnelles de tourisme.

    Françoise et Michel
    SARL La Ferme du Gravier
    46500 Gramat

  3. FUTHAZAR 3 novembre 2014 à 12 h 56 min - Répondre

    Nous sommes entre 2 OT, celui de Nîmes …pour qui nous n existons pas …car “à la campagne” et celui de Remoulins qui nous accepte mais nous loge en “hébergeur extérieur” à la communauté des villes du Pont du Gard !!!! A 5 km prés ….
    Aucun retour donc de ces 2 OT pour nous sur la saison

  4. PELLETIER Claude 3 novembre 2014 à 20 h 07 min - Répondre

    Ok pour dire qu’un secrétariat de petite mairie sera beaucoup plus éfficace qu’un OT. Les structures touristiques, sont gangrainées par les je sais tout professionnels qui n’arrivent pas à aligner deux phrases sans employer une cinquantaine d’ anglicismes sans que l’on n’en comprenne la moitié. Les outils internets employés par ces structures, se succèdent sans jamais être opérationnels ou compatibles entre eux et dans la moitié des cas, les assemblées générales servent à débattre de budgets qui sont très souvent déficitaires et qui sont toujours renfloués au dernier moment et sauvés de la faillite, par le chevalier blanc (politicien local) qui se prête volontiers à ce petit jeu, non pas sans arrière pensée, ni retour de service. Que ce soit OT, comité du Tourisme ou Labels, le tableau est bien noir, heureusement que pour tous acteurs actifs internet permet de se débrouiller seul et pas trop mal
    Bref un sujet dépendant de politiciens de tous bord, que très peu d’entre eux sont capables de maitriser.

  5. Synthèse du débat sur l’uti... 5 novembre 2014 à 6 h 26 min - Répondre

    […] Achevons notre discussion sur l'utilité des Offices de Tourisme avec la synthèse de Thierry. The post Synthèse du débat sur l’utilité des OT par Thierry appeared first on LesCoGîteurs.  […]

  6. messauts 22 novembre 2014 à 22 h 04 min - Répondre

    Bonjour,l’expérience vécue avec l’ot du plateau des petites roches(grésivaudan)quand nous avions encore l’ auberge-resto à 1000 m
    Il faut savoir que sur le plateau il y avait 5 restos,quelques dizaines de gites ou chambres d’hôtes et nous qui avions racheté l’auberge
    Le plateau est la Mecque du parapente et du delta en plus le funiculaire le plus raide du monde et les hôpitaux de France
    Les gestionnaires de l’ot sont en place depuis environ 20 ans et ont ensemble + ou- 50 gites ou chambres qui bien sûr sont complets toute la saison
    sauf les gens qui ne sont que 2 et ne louent qu’une nuit ou qui veulent manger à 22h dirigés aimablement vers l’auberge(un temps car vite compris le manège)
    Tout les ans pour la coupe Icare(organisée par les mêmes que l’ot)(champ du monde de parapente)les demandes tombaient comme des parachutes car pas assez de place bien sur,surtout pour les gens de la fédération,la première année a été une année de sélection et la 2ème on était super complet avant et après la manif,notre chance ,multilingue ce qui nous a aussi aidé a augmenter la clientèle d’année en année,surtout avec les randos et les demis-pension on a eu du travail toute l’année
    Tous les gites et chambres avaient leur panneau sauf nous ,on les a donc mis et remis nous mêmes vu que des puristes les enlevaient au fur et à mesure
    a tous cela est venu s’ajouter un resto à l’arrivée du funiculaire,un camping avec chalets,les pistes de ski tout cela faisant une régie avec des gens de la commune et de l’ot bien sur cela facilite la vie
    Le positif on a crée à l’auberge un repaire de la bas si j’y suis(france inter,des soirées concert et théatre,des repas à thèmes etc ce qui nous a fait connaitre des gens que nous revoyons encore car devenus des amis, après 3 ans cela tournait
    super et on a donc décidé de vendre car l’autre affaire en gironde tourne super aussi et puis on y a notre maison
    Alors l’ot oui pour se faire connaitre sur le net et pour essayer avant de voir et après cela dépend des gens qui le dirigent,donc la après 2 ans ,non plus besoin
    Pas de regrets on à eu la preuve que l’on pouvait quand on voulait et cela nous a bien aidé pour la suite et puis passé 5 ans dans un cadre de vie magnifique
    entre Beledonne et la chartreuse
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Lire les articles précédents :
peut-on vivre d'une chambre d'hôtes ?
On ne peut pas vivre des revenus d’une maison d’hôtes

On ne pas vivre des gîtes et chambres d'hôtes ? Idée reçue ? Jean fait le point.

Fermer