Tout ce que l’on découvre sur le terrain…

réalité conditions hébergeurs

Après tout ce que l’on connaît…
… Il y a tout ce que l’on découvre sur le terrain…

Après la théorie, vient la pratique…

... pour lire la suite...

L'accès à nos contenus et à nos offres est réservé à nos adhérents.

  • souscrivez une adhésion annuelle au réseau qui vous donnera accès à tous nos contenus
  • connectez-vous à votre compte adhérent si vous êtes déjà adhérent

ADHERER AU RESEAU VOUS CONNECTER

 

logo-SUPER-LCG 

 

 

2017-09-20T18:02:11+00:00septembre 20th, 2017|Humour|6 Commentaires

6 Comments

  1. Ghislaine 21 septembre 2017 à 8 h 44 min - Répondre

    c’est exactement çà : un jonglage permanent entre convivialité sans être envahissant, acepter de rendre service sans qu’on ne marche sur nos platebandes …. certains veulent qu’on leur gère leur séjour (balades, visites, restos …), d’autres n’en veulent surtout pas, certains discutent,d’autres pas ….. Nous faisons table d’hôtes et il est évident que ceux qui la réservent veulent cet échange avec leurs hôtes. On connait ainsi mieux un couple qui passe une nuit avec table d’hôtes que certains qui restent 10 jours ! Nous faisons ce métier depuis 7 ans et avons affiné notre règlement intérieur disponible dans chaque chambre sous forme d’un livret qui se veut rédigé sur un ton plutôt humoristique mais qui aborde tous les aspects de leur séjour, des clefs à l’usage de la piscine en passant par le WIFI, les repas ou le parking.Nous offrons un pot d’accueil (sans alcool … j’ai un client qui cette année m’a demandé un pastis à 16h00 que j’ai refuse de lui servir ) mais ensuite les consommations sont payantes et affichées sur le réfrigérateur…… Il nous arrive d’en offrir d’autres durant le séjour en fonction du comportement des hôtes présents mais nous le décidons, on ne nous impose rien. J’ai essayé de faire le tour des services que l’on peut proposer y compris les arrivées avancées ou retardées (car dispo H24, je ne supporte pas : je trouve cela d’une incorrection rare …) en en fixant les tarifs, ensuite et en fonction du comportement des hôtes, je facture ….. ou pas : ils apprécient en général ces petits cadeaux innattendus. Les râleurs et autres désagréables n’en profitent pas. Voilà Voilà ! l’avantage du tout écrit est qu’il n’y a pas de surprise et certaines précisions comme le tarif des arrivées et départs hors créneau acceptable sont même données dès la réservation : si cela ne leur convient, qu’ils aillent ailleurs.

  2. Karine 21 septembre 2017 à 10 h 02 min - Répondre

    Bonjour chère Karine,
    merci de cette bouffée d’humour dans ce monde pas que de brutes, heureusement, mais un peu quand même des fois…
    Je lis notre quotidien dans votre chronique et m’en amuse!
    Eh oui, ce qui nous caractérise, c’est probablement tout ce que les hôteliers s’interdisent de faire et qui rendent les visites de nos vacanciers, agréables et uniques. Mais parfois, à quel prix? Le prix de l’énergie dispensée à accueillir, à préparer leur nid douillet, à rendre immaculés des espaces laissés totalement souillés, à attendre des clients qui auront 2, 3 ou 4 heures de retard mais qui n’auront pas jugés utile de vous prévenir (“il faisait tellement beau qu’on a traîné à la plage avant d’arriver” alors que vous n’aurez pu amener vos enfants à ladite plage car vous attendiez les fameux clients!!) et ce, toujours avec le sourire et bien trop souvent, au détriment de sa vie familiale et personnelle!
    A moins d’être comme nous, des irréductibles du “savoir faire plaisir”, réfléchissez y avant de vous installer dans cette activité, pourtant grande source de contacts humains et de satisfaction!!
    Bien amicalement,
    Karine (propriétaire d’un gîte **** et de deux cabanes perchées dans les arbres, ouverts 365 j/an!)

    • Karine
      Karine 22 septembre 2017 à 9 h 20 min

      Oui, c’est TELLEMENT ça… REFLECHIR avant de se lancer… personne n’imagine notre quotidien (pas même les téléspectateurs de Bienvenue Chez Nous…).

      Je me rassure en vous lisant Karine et Ghislaine, je ne suis pas la seule!!

      Certains de nos hôtes (indélicats… heureusement, ce n’est pas le cas de tous…) oublient aussi que nous avons une vie privée, des enfants, des horaires… J’ai encore eu avant hier un message à 23h40… j’ai rappelé le lendemain à 7h00, espérant bien réveiller l’indélicat… 2 fois de suite (pas de réponse)… car après tout ce devait être vraiment urgent pour qu’il essaie de m’appeler si tard !! 🙂 j’ai eu droit à un SMS ‘C KI?’ Ahah, j’aime bien faire des blagues moi aussi!!
      il faut bien trouver quelques petites compensations et savoir aussi se défouler, après tout, rester stoïque tout le temps, ce n’est pas humain…
      Bon, on a aussi des hôtes chouettes, qui nous complimentent, nous offrent des cadeaux – hier, la représentante des Fermes de Marie à Megève (Pure Altitude, pour ceux qui connaissent) m’a offert un coffret de crème et gommage… Youpi!! et ce n’est pas la première fois que mes hôtes me font des cadeaux. Là, on touche au super côté humain de notre métier, ça fait plaisir, ça rattrape les appels à 23h40 🙂

  3. Carole 22 septembre 2017 à 17 h 42 min - Répondre

    Bonjour Karine,
    Je constate avec plaisir que nous partageons la même approche sur l’activité de maison d’hôtes, ses charmes et ses aléas. Après quatre ans de maison d’hôtes dans l’arrière-pays niçois, nous avons goûté les joies du métier – de belles rencontres, des clients qui reviennent, ceux qui nous font des cadeaux -, mais aussi tous les inconvénients que vous décrivez si bien : arrivées tardives à 11h du soir, départs trop matinaux de sportifs pour une compétition de V.T.T ou de rallye, sans parler des clients qui arrivent trop tôt (combien de siestes bien méritées après des heures de ménage ai-je vu interrompre de façon intempestive !)
    Moi aussi j’ai un mari qui trouve que j’en fais trop pour nos clients, et que je dis trop souvent oui à tous leurs caprices (“oui je vous prends à la table d’hôtes même si vous n’avez pas réservé, oui je vous fais un repas “sans gluten” ou vegan, oui je vous sert un café sans vous le faire payer, oui je vous fais une lessive, oui je vous réserve un restaurant”…) mais on ne se refait pas, et suis d’accord avec vous, c’est notre disponibilité et notre sens de l’accueil qui fait la différence. Nos clients y sont sensibles.
    Personnellement j’apprécie de faire table d’hôtes, car même si c’est beaucoup de travail et de temps pris sur notre vie privée, c’est aussi le moment où l’on peut échanger et partager le mieux avec nos hôtes.
    Je crois qu’avec toutes nos expériences cumulées, il y aurait de quoi faire un livre ! (c’est l’ancienne journaliste qui parle). Pourquoi pas ?
    Carole

  4. Bonheur Boheme
    Bonheur Boheme 28 septembre 2017 à 15 h 55 min - Répondre

    Oui, Carole, en effet, un livre, il en existe (pas de très bien écrits à mon avis…), mes amies me le disent souvent!! il y aurait de quoi, avec toutes nos anecdotes…
    Parfois on me dit quand j’en raconte quelques unes :’ Nan… tu déconnes!!!?? c’est pas possible qu’on t’ait demandé ça??!’ Mais si… ????
    J’ai d’ailleurs fait un nouvel article pour les Cogiteurs sur le sujet : Où nos hôtes vont-ils chercher toutes ces idées!?? A paraitre bientôt..
    Et vous me rassurez avec vos siestes… ça m’arrive aussi (quand on me réveille à 4h du matin pour ouvrir le portail, et que je dois être aux petits déjeuners à 7h15… il m’arrive de faire 30 min d’hypnose pour m’endormir plus vite… et là, pas de bol, le client qui veut arriver ‘entre 14h et 16h… ggrrrr)
    Mais bon, par moment je me dis que c’est le job idéal pour un ou une célibataire sans enfant… car parfois, entre mes 3 enfants et leurs devoirs, les repas, les arrivées, réservations de restaurants, et les plateaux repas, + préparations des gâteaux pour le petit-déjeuner (parfois sans gluten aussi…), j’ai quand même l’impression de devoir jouer à Vishnu…! Même si le job n’est pas désagréable…

  5. Carole 29 septembre 2017 à 16 h 28 min - Répondre

    Je lirai votre article avec intérêt… Je m’estime heureuse de ne pas avoir d’enfants à m’occuper en plus des clients… qui sont parfois de grands enfants qu’il faut materner ! Bon courage !
    Carole

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Lire les articles précédents :
lutter contre airbnb
Quelle stratégie adopter face à la « vague » Airbnb ?

Quelle stratégie adopter face à la vague Airbnb pour louer votre bien touristique ?

Fermer