Pourquoi les labels perdent-ils des adhérents ?

Publié le 12 mars 2017 Posté dans: Tendances
Tags:

labels perdent des adhérentsChaque début d’année est traditionnellement marqué par la sortie du nouveau mémento du tourisme édité par la Direction Générale des Entreprises, service du Ministère de l’Economie et des Finances dont dépend aujourd’hui le tourisme.

Source : Mémento du Tourisme 2016

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette publication, elle rassemble l’essentiel des statistiques sur le tourisme. Elle permet à la fois de situer la France dans le tourisme mondial, d’apprécier son poids dans l’économie française, de décrire l’offre disponible ainsi que la fréquentation des touristes français ou des visiteurs étrangers.

Ce document, le plus complet à ce jour au niveau national a malheureusement quelques petites carences :

  • Il parait fin 2016 / Début 2017 pour donner les bilans de fréquentation de l’année 2015.
  • Pour le secteur d’activité qui nous intéresse, à savoir les meublés de tourisme et les chambres d’hôtes, il est pour le moins succinct ; seuls les meublés classés, labellisés et les chambres d’hôtes labellisées sont recensées dans l’offre en hébergement. Rien sur les meublés non classés, ni sur les chambres d’hôtes non labellisées (estimés à plus de la moitié du parc). On se demande bien pourquoi personne ne collecte pour les comptabiliser toutes les déclarations en mairie obligatoires. Du coup la part (en nombre de lits) des chambres d’hôtes et meublés par rapport à l’ensemble du parc d’hébergement touristique est fortement sous-évaluée.
  • Et il n’y a rien non plus sur la fréquentation de nos hébergements préférés, contrairement aux hôtels, campings, résidences de tourisme et autres hébergements collectifs. Ceci explique sans doute pourquoi nous sommes aussi peu considérés par les pouvoirs publics. Mais certains doivent sans doute y trouver des avantages (vivons heureux, vivons cachés).

Bref, passons, là n’est pas le sujet de mon article. Comme chaque année je me rends à la page consacrée au recensement des meublés et chambres d’hôtes labellisés…

…Et je compare avec les résultats des années précédentes afin de voir comment le parc global et chaque label évoluent.

En première partie de cet article mon analyse et les résultats chiffrés obtenus.
En seconde partie, je vous propose quelques pistes pour expliquer cette baisse généralisée et attend vos commentaires/avis sur ce sujet.

... Lire la suite de cet article ...
Pour accéder à l'ensemble de nos contenus et offres promotionnelles :

  • souscrivez une adhésion annuelle au réseau qui vous donnera accès à tous les articles
  • connectez-vous à votre compte adhérent si vous êtes déjà adhérent

ADHERER AU RESEAU VOUS CONNECTER

logo-SUPER-LCG

Florence et Jean

A Propos Florence et Jean

Florence et Jean, propriétaires de gîtes et chambres d'hôtes mettent à votre disposition leurs années d'expérience dans ce domaine et leurs connaissances du milieu touristique à travers des formations pour les créateurs de gîtes et chambres d'hôtes. N'hésitez pas à les consulter.

Site Internet
Voir tous ses Articles
20 Commentaire(s) pour : Pourquoi les labels perdent-ils des adhérents ?
    • Jean-Marie
    • 13 mars 2017
    Répondre

    Ce qui m’a tout de suite surpris quand j’ai contacté une des structures que vous citez avec l’idée de labéliser notre gîte, c’est le caractère rédhibitoire des nombreux critères à atteindre et la rigidité même du discours, voire l’intransigeance, qui m’ont permis de déceler immédiatement un manque de réalisme et d’ouverture au changement.
    Le paradoxe est que vous pouvez disposer d’un bien d’exception et ne pas rentrer exactement dans les cases, parce que vous n’avez par exemple pas une armoire dans chaque chambre, ou que le principe d’un dortoir pas très « carez », vous met hors-jeu, alors que les enfants trouvent ça « trop cool » et qu’il en garderont un souvenir impérissable.
    Au final, les critères ne rendent pas forcément compte de caractéristiques assez impalpables que les occupants ne manquent pourtant pas de percevoir : le charme, l’ambiance, l’émotion, l’environnement…

    Je suis pourtant convaincu qu’il y a matière à produire une offre alternative à même de contrecarrer une situation de monopole qui s’installe chez les gros opérateurs. La conséquence : le coût de la mise en relation devient prohibitif pour le couple propriétaire/locataire. En plus, la visibilité de l’offre est désormais clairement dépendante du revenu que vous allez générer chez l’opérateur (Abritel par exemple).
    J’y vois une dérive malsaine qui fait que cette prestation numérique de mise en relation en vient à capter une richesse complétement disproportionnée au regard du coût réel du service. C’est ce qui me semble être l’effet pervers de cette sorte de révolution numérique qui prétend s’accaparer la plus grande partie de la richesse produite par l’effort et le patrimoine d’autrui.

      • CHANTAL
      • 13 mars 2017

      Je suis tout à fait d’accord avec vos propos!

    • Entierement d’accord avec vous ,je me suis permis de le dire à Homeaway ,lors d’une demande d’avis de leur part.

      • Voisin
      • 16 mars 2017

      Salut, j’exploite un gîte en Côtes d’Armor (ou plutôt, c’est lui qui m’exploite).
      Bien d’accord avec vous sur le caractère surréaliste des classifications.
      On m’a demandé si j’avais le matériel nécessaire pour le repassage du linge !
      J’ai fait observer que les gens ne venaient pas en vacances pour repasser leur linge ! Je ne repasse jamais mon linge depuis belle lurette. Par contre, je mets un point d’honneur pour que les draps, housses de couette, torchons et serviettes du gîte soient repassés.

    • philippe
    • 13 mars 2017
    Répondre

    Je me souviens de la formation chez “gite rural” qui ne donne 3 épis que s’il y a la télé.
    antinomique à mes yeux avec l’ambiance que nous voulions donner
    je n’y suis jamais retourné!

  1. Répondre

    Bonjour,
    Je me permets d’ajouter une autre raison, cachée, non contractuelle, et qui n’a pas encore déployé tout son impact : les labels affichent en premier dans les listes de leurs portails les locations dont ils ont la gestion en réservation. Les locations en direct (bien moins rémunératrices) sont donc affichés APRES.
    En conséquence, le nombre de contacts via le portail du label est en train de diminuer fortement.
    Et au final, la rentabilité cotisation au label/revenus locatifs est de moins en moins intéressante, au point de remettre en question l’adhésion proprement dite; en tout cas chez moi.
    Cette modification de l’ordre d’affichage est récent, je le situe à l’an dernier.
    Bonne journée.

      • doan
      • 15 mars 2017

      Je me permets de rectifier : aux gites de France cette pratique existe depuis toujours ! et de plus elle continue alors même qu’une loi vient de l’interdire ! FAITES LE SAVOIR , car eux font tout pour ne pas en parler.

    • bordes
    • 14 mars 2017
    Répondre

    Sans doute mais l evoĺution du groupe Abritel et al est pire qui permettait de poser une annonce s aligne sur les labels sans aucun tri dans les annonces

    • Maryvonne
    • 14 mars 2017
    Répondre

    Je partage vos avis.
    Par exemple : les spécifications G.F. sont très typées et ne correspondent plus aux attentes des clients. G.F. veut que les vacanciers se sentent comme chez eux ou comme s’ils étaient invités à partager votre maison.
    Pour ma part, j’avais pris l’option : les clients doivent se sentir en vacances et l’agencement du logement doit refléter cette ambiance vacances. C’est pourquoi j’ai en son temps renoncé à adhérer. J’ajouterai que les conseils sont parfois contradictoires d’un département voisin à l’autre – j’en ai fait l’expérience.
    Une autre raison – simple hypothèse – serait que certains nouveaux gîtes profitant des nouveaux sites louent sans label mais aussi sans aucune déclaration.

    • Marie-Pierre
    • 14 mars 2017
    Répondre

    Une autre raison est le coût de l’adhésion des labels qui a fortement augmenté en 2015 et 2016 pour un retour très aléatoire en effet si le gîte est en gestion directe et non en réservation via le label.

      • doan
      • 15 mars 2017

      petite précision : aujourd’hui le retour est aléatoire y compris en réservation par la centrale du label, certains de mes collègues autour me disent qu’ils arrêtent le label et chaque année il y en a qui le font. En 2018 je termine avec Gites de France et retire mon dernier gite chez eux.
      Ils sont à côté de la plaque pour plein de choses importantes et se fichent bien de vous même si on y est depuis plus de 15 ans ! alors tchao !

      • schaffner
      • 15 mars 2017

      je suis tout à fait d’accord avec vous. Je n’adhère plus au Gites de France depuis 2014 :
      coût de l’adhésion et 3 épis maxi quel que soit la chambre ou le gite avec toutes les incohérences possibles

    • Mireille
    • 15 mars 2017
    Répondre

    J’ai sorti ma maison d’hôtes du label gîtes de France car il n’y avait plus de réservation via GDF (nous sommes à + de 25 kms de la mer) et je payais + de 300 € à l’année. Mon gîte est encore chez eux mais pas pour longtemps pour les mêmes raisons qu’énumérés ci dessus. En 2016 aucune vente (j’ai vendu via d’autre portails) , pour 2017 cela s’annonce un peu mieux.

    • LAURENCE
    • 15 mars 2017
    Répondre

    Bonjour
    Un autre problème qui mériterait d être souligner c’est la taxe de séjour ! Beaucoup de régions taxe en fonction du classement dans ces labels; 1 étoiles ou 1 clé ou 1 épi correspond à x € de taxe, et plus l’on monte en gamme plus les locataires sont taxés. Un exemple, dans ma région , un gite 4 étoiles ( ou épis ou clés) est taxé à 1,65 € par nuit et par personne. Mon gite a une capacité de 10 personnes . Calcul ; 1.65 € x 10 personnes qui séjournent 14 nuits = 231 € de taxe de séjour.
    Si je n’étais pas labellisé la taxe serait de 0.40 € soit 0.40 x 10 x 14 = 56 € de taxe de séjour
    J’ en suis arrivé au point de me demander si je vais renouveller mes labels car les touristes qui viennent chez moi ( surtout les étrangers) ne comprennent pas porquoi ils doivent payer cette taxe alors qu’ils viennent dépenser leur argent en France et qu’ils font marcher les commerces locaux….. Cette taxe me pose des problèmes 1 location sur 2

    • Gaëlle
    • 15 mars 2017
    Répondre

    Bonjour,
    Depuis que j’ai quitté GdF, j’ai rajeuni ma clientèle ! Ce qui rejoint l’analyse sur les labels vieillissant et incapables de comprendre la professionnalisation du secteur. Quand je les ai quitté, c’était un “gros mot”, ils ne voulaient rien entendre. Ils opposaient systématiquement être professionnel à être accueillant !!! Or je dois en vivre donc je me dois d’être professionnelle ET accueillante ! 🙂
    Merci Florence et Jean pour cette analyse.

    • Valérie
    • 15 mars 2017
    Répondre

    L’analyse est pertinente, et effectivement, on mesurerait mieux l’impact si l’on disposait de chiffres plus globaux.
    Nous avons quitté Gites de France (+de 1000€/an) parce que retour sur investissement négatif, mais aussi en raison de l’incompétence du directeur de cette époque, qui a accordé le label Citybreak à une exploitation utilisant illégalement le terme de chambre d’hôtes, même avec une preuve juridique irréfragable. Un autre label, non cité, a fleuri ici parce que son promoteur se basait sur “du déclaratif : il faut bien faire confiance”, textuellement, lorsque je l’ai eu au téléphone. Moins cher que d’autres (forcément), cela lui a permis de glaner des exploitations “borderline” ou illégales qui ont ainsi acquis de ls respectabilité, ou au moins une plaque à apposer à leur entrée. mais il reste marginal, malgré les dégâts que cette soi-disant respectabilité lui accorde, puisque de nombreux OT, et journalistes, se basent dessus pour en faire la promotion. Cela peut aussi expliquer un peu les pertes des labels plus traditionnels.
    Dernière remarque : Les labels associatifs ont parfois des pratiques différentes d’un département à l’autre. En Ille et vilaine, impossible de demander une labellisation Clévacances pour des chambres d’hôtes, en Côtes d’Armor on peut la demander.

  2. Répondre

    L’utilisation du terme label par des centrales de réservation ou de référencement est abusive.( ministère ).
    Un label ne peut être attribué que par un organisme d’état ou international indépendant.
    Ils se sont auto proclamés “label” et trompent nos clients et nous même. Un label doit être inscrit au journal officiel. A l’heure actuel il n’y a que “tourisme et handicap” et “gite panda” qui peuvent mériter officiellement le titre de label.
    ce dernier est le monopole de certaines chaines de réservation.
    Cet abus de langage est passé dans les moeurs et est exploité dans les départements alors qu’au national le terme label est trés peu usité.

    • Roland
    • 16 mars 2017
    Répondre

    j’adhère aux raisons évoquées, mais en complément de celles-ci, la principale à mon avis est que les portails Internet et des sites Internet de qualité sont plus valorisants et “vendeurs” que le fait d’être labellisé. La visibilité offerte aux clients potentiels de se projeter dans votre maison d’hôtes par les photos sur un site est pour eux une garantie, pas forcément d’un bon accueil .. mais d’un confort à minima exigé aujourd’hui par les clients.
    Cela rend les labels “vieux” et obsolètes……
    Bonne saison à tous.

  3. Répondre

    Merci déjà à Florence et Jean pour cette belle analyse et le lien sur le Mémento (très dense!!).
    En effet, j’adhère à un label parce que j’ai eu une subvention… et j’avoue ne pas trouver un intérêt énorme… de plus, les cotisations grimpent. J’ai quitté Clévacances, parce que les cotisations ont été multipliées par 3 en 3 ans… (Lyon) et je trouvais leurs discours vraiment à côté de la plaque (la première année on nous a interdit l’accès à une cuisine commune pour les hôtes en chambres d’hôtes. La 2è année, on nous l’a conseillé!!!). Aucune réservation en 3 ans, mais 3 emails, dont 2 spams… et un pénible !!
    Je suis passée chez Gite de France, et je les trouve quand même plus professionnels et plus à l’écoute. En revanche, je refuse le classement 4 épis car il va faire grimper ma taxe de séjour… c’est quand même un comble!!!
    Au passage, avec les grilles et les cases à cocher, Clévacances m’avait ‘largement’ (soit disant) accordé 3 épis, car je ne rentrais pas dans les cases – par ex, pour un studio, (car nous avons 4 chambres et 1 studio), j’étais en principe à 2 épis car je n’avais pas de chambre séparée et pas de machine à laver… pour un studio!!! la bonne blague!
    En effet, pour finir, je trouve les sites d’Airbnb, ou même Abritel ou Booking plus ‘vendeurs’…

  4. Merci à tous de vos commentaires et analyses. Il se trouve que les GDF qui semblent cristalliser pas mal de critiques viennent de publier leur bilan pour l’année 2016.
    https://www.gites-de-france.com/pdf/presse/GITESDEFRANCE_CP_BILAN2016_PERSPECTIVES2017.pdf

    Les résultats des ventes en centrale de réservation sont en progression depuis 3 ans. Par rapport à 2015, le chiffre d’affaires fait +6,96% et les nuitées + 3,6% (donc le prix moyen est en hausse).

    Ce qui m’amène à compléter l’argumentaire de mon article :
    Gîtes de France perd surtout des adhérents parmi les propriétaires qui ne mettent pas leurs biens en centrale de réservation (sinon le CA de la centrale serait en baisse).

    La hausse des prix moyens s’explique aussi par une montée en gamme des hébergements proposés et donc sans doute une épuration des biens qui ne sont plus au niveau de qualité exigé par le label.
    Le label perd donc des adhérents par “le haut” (ceux pour qui la finalité est clairement commerciale et qui souhaitent maîtriser totalement cet aspect de leur activité) et par “le bas” : ceux qui n’ont pas su ou pas voulu se moderniser et évoluer, et que le label ne peut ou ne veut plus vendre).

    Un recentrage en quelque sorte sur les adhérents fidèles qui suivent à la lettre l’esprit du label et qui en utilisent les services commerciaux.

    Encore une fois ce n’est qu’un avis qui appelle des commentaires.

    Jean

Et vous ? Partagez votre commentaire

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options

Pin It on Pinterest

Lire les articles précédents :
chambre hote déco
La chambre d’hôte : votre bulle de bien-être

La chambre est un espace parfois oublié lors de la réflexion globale d’un projet de décoration. Pièce d’intimité et de...

Fermer