Dois-je mettre ma location sur Airbnb ?

mettre sa location sur airbnb ou pas ?Dans notre dernier article, « Quelle stratégie adopter face à Airbnb », nous avons parcouru les facteurs fondamentaux du succès de cette plateforme et surtout quelles actions les professionnels du tourisme doivent prendre pour protéger leur part du gâteau.

Le gâteau, c’est votre marché, les voyageurs, vos clients. Et si vous faisiez plus que simplement protéger vos parts traditionnelles ? En partant à la conquête des nouveaux adeptes du voyage façon Airbnb.

Clairement, en proposant votre logement sur le portail Airbnb pour toucher cette nouvelle audience. Ou, si vous êtes de ceux qui pensent qu’Airbnb a volé votre clientèle, pour vous positionner de nouveau dans leur champ de vision.

Normalement, dans ce type d’exposé, c’est le moment de dresser les pour et les contre.

On fait le point !

... pour lire la suite...

L'accès à nos contenus et à nos offres est réservé à nos adhérents.

  • souscrivez une adhésion annuelle au réseau qui vous donnera accès à tous nos contenus
  • connectez-vous à votre compte adhérent si vous êtes déjà adhérent

ADHERER AU RESEAU VOUS CONNECTER

 

logo-SUPER-LCG 

 

 

A Propos Danielle

Afin de répondre aux nouveaux challenges du marketing hôtelier Danielle a fondé Otelico. Avec son équipe, elle aide les professionnels du tourisme à créer et à rentabiliser leur site internet. 

Site Internet
Voir tous ses Articles
2018-02-10T10:56:24+00:00 février 10th, 2018|Marketing|20 Commentaires

20 Comments

  1. Philippe 12 février 2018 à 12 h 41 min - Répondre

    Je suis désolé de faire le rabat-joie sur un article qui m’apparaît tout de même assez déséquilibré, voire erroné sur certains points. Puisque vous n’avez pas trouvé d’arguments Contre, je vous en livre quelques-uns :
    – Nous ne sommes pas en contact direct avec le Cllient, puisqu’AirBnB nous impose de passer par son propre système de messagerie et supprime soigneusement les emails et téléphones directes dans les messages échangés. Ils se protègent évidemment contre les rapports directs qui voudraient éviter leurs frais, c’est de bonne guerre.
    – Nous ne sommes payés que le lendemain du jour de l’arrivée de nos clients, y compris pour les arrhes. AirBnB fait donc dans beaucoup de cas des mois de trésorerie sur notre dos (parmi les plate-formes avec lesquelles je travaille, ce sont les seuls à procéder ainsi. Dans la pratique, cela nous prive de trésorerie à l’époque des réservations, où nous en avons fortement besoin.
    – la gestion des tarifs est compliquée. J’y passe beaucoup plus de temps que sur les autres plate-formes.
    – nous avons 24 h pour approuver ou refuser une demande, après quoi nous sommes pénalisés. Or, quand il s’agit de demandes d’information, les échanges nécessaires avec les clients peuvent durer notablement plus.
    – la plate-forme est historiquement issue de l’économie collaborative américaine et a du mal à se défaire de cela. Les voyageurs AirBnB chassent surtout le bon prix et sont peu attachés à la qualité et au charme du logement (il y a des exceptions, heureusement). De son côté, la plate-forme, sous prétexte de “conseils”, pousse systématiquement à la baisse des prix, dans des proportions souvent ridicules. Exemple personnel datant de ce matin : pour ma maison de plus de 200 m² avec piscine, ils me suggèrent un prix de 48 € par nuit au mois d’avril. A ce prix, c’est sans moi, à vous de choisir.
    Nous partageons encore l’espace avec des particuliers qui louent un matelas à déplier dans leur salon pour une nuit et un tarif évidemment dérisoire …
    – Le marché AirBnB reste essentiellement celui du tourisme urbain. Les propriétaires de la France profonde (c’est mon cas !) auront un peu de mal à attirer des clients. Ce n’est pas une critique en soi, il faut simplement le savoir.
    – AirBnB est une entreprise américaine arrogante qui ne s’estime pas obligée de s’adapter aux marchés nationaux. Je ne citerai qu’un exemple : dans les conseils aux propriétaires, ils conseillent de laisser à l’intention de leurs clients du pain de mie dans le réfrigérateur … Au pays de la baguette, j’ai pris cela comme une provocation.

    Deux points supplémentaires plus “philosophiques” et dont j’admets parfaitement qu’ils génèrent un débat :
    – le “monde meilleur” promu par AirBnB, c’est :
    a) la multiplication des logements dédiés exclusivement à la location dans les grandes villes, supprimant la possibilité pour les résidents d’habiter à des prix raisonnables en ville, tuant les commerces, et vidant finalement la ville de son âme (à tel point que la plupart des grandes villes prennent maintenant des mesures contre ce phénomène – voir par exemple les mesures drastiques à San Francisco et Berlin, bien plus sévères que Paris)
    b) l’encouragement à la dissimulation des revenus, par la possibilité de domicilier ses revenus à Gibraltar

    – le principe de noter un client me choque personnellement. Il me paraît normal que mes clients notent mes services, mais noter un client revient à porter un jugement de valeur sur une personne, ce que je me refuse à faire. Il reste que cela peut être utile de signaler des comportements inacceptables à la communauté (destructions, bruit etc …). Comme je ne veux pas noter mes clients, AirBnB ne me communique leurs appréciations que 14 jours après leur rédaction et je n’ai plus la possibilité d’y répondre. Je suis un peu têtu, alors je résiste…

    • Danielle
      Danielle 12 février 2018 à 13 h 32 min

      Bonjour Philippe,
      Merci d’avoir partagé votre vécu d’hébergeur qui utilise déjà Airbnb, vos arguments enrichissent le débat et rééquilibre le portrait tout rose que j’ai peint d’Airbnb.
      Je suis d’accord qu’il n’y a pas que du 100% bon chez le géant américain (à commencer par préférer le pain de mie à la baguette:)
      Malgré les défauts, il me semble tout de même important pour un hébergeur de ne pas passer à côté de cette nouvelle opportunité pour toucher son marché.

  2. Marianne 13 février 2018 à 9 h 52 min - Répondre

    Merci Philippe pour ce commentaire très approfondi et plein de bon sens qui explicite le malaise que je ressentais vis à vis d’AirBnB sans pouvoir le décoder!

  3. Léonard 13 février 2018 à 10 h 05 min - Répondre

    Bonjour Danielle et Philippe,

    Je suis sur Abb depuis un an 1/2, et je dois dire que sa capacité à remplir les plannings est tout de même bluffante!
    Il faut souligner que globalement le coût pour obtenir une résa via internet croît énormément depuis 10 ans. J’étais auparavant sur Homelidays/Abritel, le coût annuel d’une annonce améliorée était de 450€ pour un gîte, soit un peu moins dans mon cas que les 3% prélevés sur Abb (et mon planning était aussi bien rempli). A cette époque, si je louais mon gîte p. ex. 500€ ça coûtait au locataire 500€. Maintenant à ces 500€ Abb rajoute sa commission, et ça coûtera autour de 570€ au final. Sacrée inflation! Le plus étonnant est que c’est très clair, et que malgré ça très très peu de locataires Abb cherchent à contourner le site pour éviter de payer cette somme supplémentaire. Il faut en conclure qu’Abb apporte un service global que les locataires sont tout-à-fait disposés à payer (cher!).
    Je ne suis pas d’accord avec Philippe sur l’idée que nous partageons l’espace avec les loueurs de matelas : il y a des critères de recherche quand même! Ni avec l’idée que Abb serait pour les citadins, je loue 4 gîtes en campagne et ça va bien.
    Par contre il est vrai que ne plus encaisser d’acomptes en basse saison (maintenant quoi)…
    Ce qui m’inquiète le plus, c’est la dépendance crée par l’omniprésence d’Abb, et la crainte que cela n’aboutissent à un quasi-racket comme Booking peut l’exercer dans l’hôtellerie.

    Un dernier avis sur la notation sur Abb : Je tiens à souligner la tendance globale à la bienveillance dans les commentaires. Il est rare qu’un soucis ou un reproche (ça peut arriver!) soit exprimé dans les commentaires publics. C’est presque toujours dit en off, sous forme de remarque ou de conseil.

    Salutations aux Cogiteurs

    • Danielle
      Danielle 13 février 2018 à 12 h 14 min

      Bonjour Léonard
      Merci d’avoir partagé votre expérience, qui est donc plutôt positive.
      Vous avez raison de redouter l’omniprésence. Airbnb est une start-up Tech de Silicon Valley, leur but ultime est de devenir les leaders incontournables du marché, comme Google pour le moteur de recherche ou Amazon pour le shopping en ligne.
      Malheureusement, cela n’empêche pas que ce soit de bons outils, et que la grande majorité des consommateurs les utilisent.

  4. la.heraudiere 13 février 2018 à 10 h 22 min - Répondre

    Je souscris totalement au commentaire de Philippe et suis choqué de la “pub” gratuite et sans nuance de Danielle en faveur de AirBnB.
    D’un point de vue légal en France, le prix d’une nuitée en chambre d’hôtes doit inclure le linge, le ménage et le petit-déjeuner. Les frais de ménage sont une habitude (légitime) des “gîtes” et non des “chambres d’hôtes”.
    On pourrait attendre aussi un peu plus de clarté de la part de spécialistes comme les “Cogiteurs”. Si vous voulez faire de la chambre d’hôtes pas cher, allez sur AirBnB (qui vous incitera en permanence à … baisser vos prix pour attirer plus de monde. Façon UBER.). Si vous voulez vous démarquer parce que vous avez rénové une jolie maison dans une région touristique, vous perdez votre temps sur AirBnB.
    Dominique

    • Danielle
      Danielle 13 février 2018 à 11 h 55 min

      Bonjour Dominique,
      Je vous rassure, je ne suis pas sponsorisée par Airbnb.
      La plateforme Airbnb a beaucoup évolué depuis sa création il y a 10 ans. Elle attire désormais une clientèle variée (et sans cesse croissante), y compris des familles à la recherche de jolies maisons.
      Je ne suis pas sûr que l’on puisse juger le potentiel de location de son bien sans réellement faire le test. Comme c’est gratuit et plutôt bien fait pour protéger les hébergeurs autant que les voyageurs, alors oui, je donne mon avis favorable pour au moins tester.

  5. la.heraudiere 13 février 2018 à 13 h 04 min - Répondre

    Quand faisiez une recherche de chambre d’hôtes sur Tours il y a 2 ans, Abb vous proposait des chambres à partir de 40€.
    Quand vous faites cette même recherche aujourd’hui, Abb vous propose des chambres à partir de 16€.
    Si ce n’est pas de ” l’Uberisation ” de l’activité “chambres d’hôtes”, cela y ressemble !
    Donc merci de mettre en garde contre les mauvais côtés du système Abb, plutôt que d’encourager tout le monde à s’y précipiter.
    Il existe de nombreux annuaires efficaces pour aider à référencer son propre site web, gagner en visibilité et obtenir des réservations en ligne.
    Dominique

  6. Brigitte 14 février 2018 à 9 h 54 min - Répondre

    Bonjour,
    J’ai quitté ABB pour les raisons évoquées par Philippe et Dominique auxquelles s’ajoutait un disfonctionnement constant: j’ai 5 chambres d’hôtes, pas de problème pour ceux qui cherchaient une chambre, mais dès que la recherche était pour plus de deux, ils annonçaient le prix de la chambre la plus chère plus 10€ par personne, soit par ex pour 6 (3 chambres, donc!) 90€ pour deux plus 40€!! ce n’était évidemment pas possible de louer deux chambres pour 40€! Les gens ne comprenaient pas la différence entre le prix annoncé par ABB et celui que je leur donnais!Après discussion avec ABB, il m’a été dit qu’il fallait mettre une annonce par chambre avec aucune certitude que les annonces soient regroupées et que les voyageurs puissent voir que j’avais 5 chambres..donc j’ai renoncé et je ne le regrette pas, je suis sur Cybevasion/chambres-hotes.fr , ç’est très bon marché et ça fonctionne très bien, très simple d’utilisation. Un abonnement annuel pour le loueur puis un contact direct entre le loueur et le locataire potentiel Le seul inconvénient est que la clientèle est plutôt européenne et que je n’ai plus de chinois ou australiens, mais j’ai du monde, c’est l’essentiel! Pour Homelidays, ça marche bien pour les appartements (je passe par eux pour un appart à la montagne) mais ils ont adopté le système Abb et maintenant, ça augmente sérieusement le prix pour les locataires. Et ils reconnaissent ne pas être performants pour les chambres d’hôtes. Donc pour moi, adieu ABB!
    Brigitte

  7. Valérie 14 février 2018 à 11 h 51 min - Répondre

    Si l’utilisation d’AirBnB est relativement facile (sauf les plannings, c’est vrai), j’ai un avis très négatif qui tient surtout aux carences de la France et moins à cette plateforme elle-même. D’abord, AirBnB accepte toute sorte d’hébergements, y compris des offres qui devraient respecter le code de l’Urbanisme (+15 personnes => ERP), des chambres d’hôtes pas déclarées, des souplex en zone submersible, etc… Bref, tout et n’importe quoi qu’on peut faire passer pour correct par la vertu du language. L’amalgame n’est pas toujours perceptible par l’utilisateur. Mais surtout, les revenus des locations sont le plus souvent (85% selon le rapport parlementaire!!) non déclarés, AirBnB encourageant par sa résistance aux demandes de Bercy et son attentisme cette attitude. La fraude organisée par la carte Gibraltar en témoigne aussi. Du coup, les prix sont tirés par le bas, et ceux qui respectent Loi, cotisations, taxes et autres contributions sont pénalisés, voire disqualifiés. Les autorités françaises ne font pas leur travail, laissant tout cela se passer sous leur nez alors qu’il est extrêmement simple de repérer et incriminer les fraudeurs, au moins sur le respect des normes, la déclaration d’existance, etc…Bref, AirbnB est selon moi un encouragement à la malhonnêteté.

  8. BERNARD 14 février 2018 à 13 h 51 min - Répondre

    Michel

    Tous ces groupes Homelidays , arbnb et autres sont des financiers et vous n’ avez rien a attendre sinon votre propre disparition en les finançant en plus. J’ai essayé la demande des clients est un prix par exemple 200 E wwek-end maison piscine privée 8/10 personnes avec linge de nuit , tarif en dessous du prix de fonctionnement, moi je ne travaille pas a ce genre de tarif.

    http://www.loc-vacances-vendee.com

  9. BENOIT 14 février 2018 à 23 h 14 min - Répondre

    Dire que Airbnb ne prend que 3% de commission, et 6 fois moins que Booking, est une grosse bêtise. Ce qui compte, c’est de voir la différence entre le prix payé par le client et ce que reçoit l’hébergeur. Peut importe qu’un site dise faire payer 3 % à l’hébergeur et 15 % au client, ou l’inverse, ou 18 % à l’hébergeur. Au final, si le prix du marché est 100 pour une prestation donnée, c’est à dire que le client est prêt à payer 100, l’hébergeur ne reçoit que 82 dans les 3 cas indiqués ci-dessus. Et c’est bien 18 % qui se sont évaporés dans les comptes rebondis d’Airbnb.
    Donc, plutôt que de faire croire qu’on ne perd que 3% de commission en passant par Airbnb, il serait plutôt temps de décoder le petit manège des sites pour cacher ce qu’ils prennent. Et la vérité, c’est qu’Airbnb prend entre 8 et 15 % (18 % en rajoutant la TVA ?) soit-disant au locataire, ce qui nous oblige “inconsciemment” à baisser nos prix d’autant pour trouver des clients, et 3 % en clair au propriétaire. Et si Airbnb supprimait ses commissions, nous, hébergeurs, gagnerions tout simplement 10 à 20 % de plus.
    Donc, Airbnb, comme les Booking et Abritel, mais pas Mediavacances, n’est qu’une grosse machine à faire du fric, en abondance, sur le dos de ses utilisateurs, hébergeurs et locataires. La convivialité, l’hospitalité, ça, c’est pour ceux que ça amuse d’y croire (la convivialité c’est question de relations personnelles, pas de site de réservation ; et quand le patron d’Airbnb est devenu une des plus grosses fortunes de la planète en quelques années, ce n’est évidemment pas en accueillant gentiment du monde sur son canapé dans son petit appartement, mais tout simplement en ponctionnant des sommes conséquentes sur des quantités industrielles de transactions : rien d’un réseau social convivial, mais un gros business)
    Dire qu’Airbnb ne prélève que 3% de frais, c’est relayer leur propagande. Tout l’article, et son auteur qui croit benoitement à ces seulement 3% de frais, en sont discrédités.
    Maintenant, pouvons-nous échapper à ces monstres qui ont pris des positions dominantes ? (en tous cas, je détourne la grande majorité de mes contacts Airbnb pour traiter en direct, en résistance avec ces monstres prêts à tout écraser)

  10. BENOIT 14 février 2018 à 23 h 42 min - Répondre

    Parmi les fonctionnalités manquantes chez Airbnb (et chez d’autres dans une certaine mesure) : la possibilité d’ajouter un coût fixe, quelle que soit la durée du séjour, au prix des nuitées (par exemple 100 € qui s’ajoutent à 5 x 50 € pour un séjour de 5 nuits, finissant donc à 350 € ; mais le même 100 € s’ajoute à 50 € pour un séjour d’une seule nuit qui ressort à 150 € ; si vous rentrez un tarif par nuit de 70 € par nuit, sans ces 100 € de frais fixes, le séjour de 5 nuits, ressort toujours à 350 €, mais celui d’une nuit à 70 € seulement ! Valable pour vous ? Pas pour moi ! Traiter un locataire me prend autant d’énergie s’il vient une nuit que 5 jours, et je compte bien qu’il paie la nuit plus cher s’il en prend une seule que cinq).
    La conséquence directe de cette fonctionnalité manquante est qu’il n’y a pas de dégressivité tarifaire (sauf qu’on est encouragé à proposer des réductions pour un mois ou une semaine, et que, donc, il n’y a pas de dégressivité en dessous de la semaine, et que cela crée des sauts tarifaires avec des séjours de 7 jours qui deviennent moins chers que ceux de 6 au même moment : absurde !), et que cela encourage les demandes pour des courtes durées. Airbnb, c’est l’épuisement de l’hébergeur sur une multitude de courts séjours.
    En bricolant, j’ai “créé” cette fonctionnalité qui me permet d’accepter à la fois des courts séjours, avec des prix à la nuitée assez élevés pour que ça vaille le coup pour moi de me décarcasser à accueillir des voyageurs en cascade, et des longs séjours avec des prix à la nuitée moins élevés, mais plus reposants pour moi. Mais Airbnb ne la propose pas et cela reste du bricolage.
    L’absence de cette fonctionnalité sur Airbnb, c’est un encouragement au tourisme éclair, au zapping (rien à voir avec la convivialité et un monde meilleur).
    Que l’auteur de l’article ne pratique pas Airbnb et ne se rende pas compte des contraintes sous-jacentes au modèle de tarification proposé, soit. Mais l’article n’est plus qu’un éloge sans recul sur ce site, et un détail du mode d’emploi comme le ferait un employé Airbnb : quel intérêt ?

    • Danielle
      Danielle 16 février 2018 à 11 h 49 min

      Bonjour Benoit,
      Merci d’avoir partagé votre opinion sur Airbnb.
      J’aurais aimé continuer l’échange avec vous en face à face, dernière les écrans les mots peuvent être mal interprétés. Je ne vais donc pas relever vos points pour expliquer en quoi nos visions divergent.

      Je dirais juste que vous avez raison de détourner vos contacts Airbnb en direct, vous utiliser Airbnb avec intelligence, c’est-à-dire comme une plateforme pour ce faire connaitre.

      Et j’aimerais apporter une correction sur la remarque qui porte sur ma personne : « Que l’auteur de l’article ne pratique pas Airbnb … », j’utilise Airbnb depuis 5 ans en tant que voyageuse et hôte. Mais mon article était plus sur l’intérêt de tester la plateforme pour toucher un nouveau marché que sur mon appréciation personnelle du produit.

  11. adeline.lenoir 15 février 2018 à 16 h 27 min - Répondre

    Bonjour, j’aimerais ajouter quelque chose concernant le rapport avec les clients: pour mon gîte rural, que j’ai en activité complémentaire, voici les changements que j’ai pu noter sur Airbnb:
    – tout d’abord j’ai pu m’affranchir de la sacro-sainte présence à la remise des clés, qui m’a fait être aux aguets pendant de nombreuses réunions de familles, et même raté un mariage il y a quelques années: aujourd’hui je laisse les clés derrière la porte, j’explique comment arriver, et personne n’est surpris, donc cela a réellement amélioré mes samedi après-midi!!
    – je trouve que le ménage est relativement mieux qu’auparavant, du au fait qu’il faut noter les clients, même si je suis toujours embêtée avec ce point qui est un peu contre-nature.
    – par contre il est vrai qu’il y a de l’exigence en plus: je ne fais plus payer les draps en sus comme auparavant, les gens n’y sont plus habitués.
    On ne peut pas dire qu’Airbnb me remplit à l’année, mais représente un plus significatif, notamment en faisant venir chez moi des étrangers et des jeunes qui ne seraient jamais venus; cela me permet donc de faire découvrir mon territoire ultra-rural (50 habitants), ce qui était mon objectif en ouvrant un gîte ici!
    Danielle; merci pour votre article, n’oubliez pas qu’en France il est très mal vu de gagner de l’argent, cela fait 200 ans que nos élites font tout pour qu’on y croit, et cela marche!

    • Danielle
      Danielle 16 février 2018 à 11 h 47 min

      Bonjour Adeline,

      Merci d’avoir partagé votre expérience, et pour votre soutien 😉
      Le sujet divise forcement, car Airbnb est un perturbateur de marché, il bouscule les habitudes et imposes de nouvelle façon de voir et faire les choses.
      A mon sens, il ne faut pas le voir comme la bête noire, c’est juste une société qui a su utiliser les nouvelles technologies pour innover.
      Exactement comme Booking a pu faire en 2005 avec les hôtels. Or, aujourd’hui, les hôteliers avec qui je travaille sont quasi tous d’accord pour dire que Booking c’est un plus pour leur planning, il faut juste savoir travailler intelligemment avec ce partenaire.
      Je pense qu’il ne faut pas mélanger la question éthique sur le bien-fondé d’Airbnb avec la question sur l’opportunité de marché.
      Booking à forcer la transparence des prix (un plus pour les consommateurs), Trip Advisor a permis aux hôtels indépendants de rassurer la clientèle que leurs standards étaient aussi fiables que les grosses chaines. Airbnb change à son tour le concept même d’un hébergement de tourisme. Qu’ils gagnent de l’argent au passage ce n’est pas notre problème, savoir s’adapter ou se différencier ça c’est important.

  12. Jean 16 février 2018 à 17 h 01 min - Répondre

    Et bien je vais vous dire je me passe très bien de AirBNb, Homelidays, Abritel que j’ai quitté progressivement, je crois que ce système tente à détruire la vraie relation entre particuliers, cherchez bien il y plein de site dit “traditionnel” qui remplissent tout aussi bien mon planning.
    Et au moi je connais qui vient chez moi et ils me payent directement sans aller donner des commissions.
    Dommage que l’on ne se soit pas aperçu dans la généralité que l’on pet s’en passer et que ça marche tout aussi bien.
    Jean

    • Isabelle Lhomme 7 mars 2018 à 7 h 55 min

      Bonjour Jean! Quels sont svp vos sites ” traditionnels” ?? Pourriez-vous svp m’en indiquer 3 ou 4 que je puisse m’y inscrire ?
      contact@chaletpedro.com
      Je suis de votre avis et ces gros sites me saoulent sérieusement ???? !!
      Merci

  13. la.heraudiere 19 février 2018 à 13 h 24 min - Répondre

    Bonjour Danielle. Je viens de vérifier le positionnement de nos 5 chambres d’hôtes sur AirBnB : une chambre que nous louons habituellement 114 €/nuit, petit-déjeuner compris (voir la-heraudiere.fr ), ils me suggèrent, pour faire plus de réservations, de l’offrir à 36 €/nuit ! Si ce n’est pas de “l’uberisation”, cela y ressemble. Donc, pour vivre, il vaut mieux ne pas compter sur Abb.
    Dominique, la Heraudiere à Tours / Val de Loire

  14. Thierry 19 février 2018 à 18 h 33 min - Répondre

    Nous sommes retraités, nous louons un petit chalet pour 2 personnes, pas facile de trouver preneurs avec les sites comme Abritel ,Mediavacances ,Amivac , chalet Montagne,la concurrence est rude quand vous habitez dans une commune qui dénombre la plus grande concentration d’Airbnb dans les alpes ,plus de 300 .Dans un périmètre de 200 m autour de chez nous une vingtaine de locations Airbnb dont 4 chalets 5 étoiles, les prix dans notre secteur vont de 40 € à 1400 € la nuit , en juillet 2016 nous avons inscrit sur Airbnb ce petit chalet de 24 m2 avec une fourchette de prix à la nuitée de 100 € à 140 € suivant saison .
    Airbnb nous incité à baisser votre tarif, louer que pour 2 nuits ,faire de la réservation instantanée C’est une conseil ,absolument pas une obligation ,nous, nous n’acceptons que des voyageurs qui ont eu de bons commentaires et pour 3 ou 4 nuits minimum et maintenons notre tarif initial . Nous trouvons sympa le système ou il n’y a pas de relation d’argent entre le voyageur et l’hôte , vous recevez les gens comme des invités , certains repartent comme des amis. Airbnb vous fait un virement le lendemain de l’arrivée des clients et verse la taxe de séjour directement à la commune ce qui évite les fraudes. Notre chalet est très bien équipé, avec une jolie décoration et une très belle vue . Question : pourquoi nous n’arrivions pas à louer aussi bien, avant d’être sur Airbnb ?
    Simplement qu’Airbnb c’est surtout la visibilité , votre bien est visible dans le monde entier, depuis nos clients sont à 90% étrangers, Anglais ,Norvégiens , Américains , mais aussi Russes ,Coréens ,Chinois , Australiens . Avoir de très bons commentaires et des belles photos est un plus.
    Thierry Mazot de la Tête aux Vents

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Lire les articles précédents :
hébergement touristique et cotisation subsidiaire maladie
Cotisation subsidiaire maladie PUMa et revenus des locations meublées

Les loueurs de meublés de tourisme doivent-ils s'acquitter d'une cotisation subsidiaire maladie sur leurs revenus du patrimoine réalisés en 2016...

Fermer